Voici un morceau de musique qui peut laisser indifférent ou générer une émotion en partage… En tous cas, ici,  il suscite des émotions parmi certains des musiciens et dans le public…

Personnellement, j’aime cette musique et son interprétation … un éprouvé personnel … mais revenons-en aux émotions 😉

Je vous propose un « petit » exercice: En regardant cette vidéo, que ressentez-vous? Sentez-vous les larmes qui montent? Etes-vous touché/e en profondeur par cette musique et son interprétation? Détestez-vous ce morceau au point d’avoir envie de quitter la page et peut-être l’avez-vous fait 😉 ? Peut-être que la musique classique, ou celle là en particulier vous déplaît ou peut-être qu’elle vous indiffère? …

Quel que soit votre ressenti émotionnel, tout est légitime et ok! Nos émotions et ressentis parlent de nos goûts, nos choix, notre sensibilité, de notre liberté…. et de notre histoire relationnelle! D’ailleurs regardons-y de plus près sur cette liberté en matière émotionnelle. Dans ce domaine plusieurs notions me semblent intéressantes à repérer: l’empathie, la contagion émotionnelle et la coupure par rapport aux émotions.

Dans l’empathie il s’agit d’une « capacité acquise au cours de la psychogénèse [notre développement psychique, psychologique] de se représenter ce que ressent ou pense l’autre ou les autres tout en le distinguant de ce que l’on ressent et de ce que l’on pense soi-même ». Déjà tout un programme! Est-ce que je suis en capacité d’identifier ce que je perçois, ressens et pense moi-même? C’est un apprentissage auquel nous n’avons pas tous/toutes été habitués/ées au cours de notre développement! Se différencier de l’autre sans s’exclure ou l’exclure! De percevoir ce qui nous rapproche de la communauté humaine dont nous faisons partie, de percevoir ce qui nous différencie et fait notre unicité d’Etre.

Dans la contagion émotionnelle elle se présente comme une « aptitude biologique innée à se laisser envahir, happer par les émotions d’autrui, caractérisant plus particulièrement les états fusionnels ou symbiotiques qui précèdent ontologénétiquement [dans la génèse et la croisance de l’organisme] l’empathie ». Donc dans le processus de croissance, un bébé vit, éprouve d’abord la contagion émotionnelle avant de pouvoir ensuite, par un apprentissage progressif de la régulation émotionnelle, comme avec une sorte de thermostat, parvenir à faire varier l’intensité émotionnelle et aussi apprendre à se distinguer soi de l’autre. C’est sans doute ce qui explique l’engouement actuel pour les livres, ateliers pour les parents et les enfants, afin de prendre conscience puis apprendre à réguler les émotions, parfois très puissantes, à l’oeuvre dans les relations familiales!

Dans la coupure émotionnelle, il s’agit de « réduire la souffrance qui peut naitre en soi en lien avec la contagion émotionnelle » […] « Processus qui s’oppose à l’empathie envers autrui ou envers soi mais qui peut, en situation d’urgence, constituer une parade utile à la contagion émotionnelle ‘dangeureuse’. » Certaines situations vécues étant tellement intenses et potentiellement destructrices pour l’être humain que pour survivre et se protéger, il est indispensable de couper, se couper de l’environnement qui génère cette situation. Comme le ferait un dijoncteur!

Dans une thérapie, ces questions apparaissent pour les deux « protagonistes » dans la relation: pour le client qui amène son Etre au monde et son histoire singulière et pour le thérapeute qui accueille la personne avec toutes les résonnances humaines qui vont se faire pour lui/elle aussi dans la relation. Il s’agit, ensemble, de trouver l’empathie, de retraverser des contagions émotionnelles, de prendre conscience des éventuelles coupures qui se sont produites de manière salutaire autrefois, mais qui s’avèrent obsolètes et inappropriées aujourd’hui lorsqu’elles générent une limitation voire un obstacle à notre développement,  afin de retrouver le chemin vers soi et les autres de manière ajustée.

Article inspiré par Daniel Favre et AL. volume 57 de la Revue Enfance – Titre: Empathie, contagion émotionnelle et coupure par rapport aux émotions – Cairn.info