Le deuil est partie intégrante de la vie… Nous y sommes et serons tous confrontés au cours de notre vie. Par contre le deuil de son enfant pour un parent est un traumatisme innommable et immense puisqu’il n’y a même pas de mot pour le désigner dans notre langue … Dans ce film tout en subtilité et en humanité,  Amande, la maman du petit Gaspar, va s’engager avec son mari et avec l’équipe des réalisateurs du film sur un chemin de rencontres et de pas successifs vers la résilience. Tout comme le livre « Vivre le deuil au jour le jour » de Christophe FAURé, ce film témoigne de l’indicible douleur de la perte d’un être aimé (et chair) et cherche les mots justes pour ouvrir sur la vie au-delà de l’épreuve traversée.

« La douleur du deuil est à la mesure de ce que l’on perd et, quand l’enfant vient à mourir, la perte dépasse tout ce que l’on n’avait jamais pu imaginer. Par la mort de son enfant, c’est une partie du sens qu’on avait donné à son existence qui soudain disparaît et on n’ose penser ce que peut signifier alors la nécessité de se reconstruire sans lui… Car peut-on jamais accepter que son enfant, un jour, meure? Peut-on imaginer un seul instant que son petit puisse mourir et que s’évanouisse tout ce qu’on avait rêvé pour lui? Aborder la mort de l’enfant, c’est toucher du doigt l’expérience la plus traumatique d’une vie de parent. Les mots se vident de leur sens. » Christophe FAURé

Or, dans ce film rare, c’est bien à travers le partage de mots, d’espaces naturels magnifiques et d’expériences émotionnelles intenses et singulières, que nous serons conviés. De l’innommable aux mots pour dire et exprimer la perte, un chemin, une quête qui parle d’amour et d’humanité.